home > Products > Sécurité des produits > Sécurité des produits CLP

De l’importance croissante de la communication sur les produits dangereux

Force nous est de constater que de plus en plus de produits relèvent d’une classe de danger supérieure. Cette évolution est due, d’une part, au fait que des critères plus sévères sont d’application dans le règlement CLP (Classification, Labelling and Packaging of dangerous substances and mixtures), et d’autre part, à une tendance de mettre sur le marché des produits de plus en plus concentrés. Cette tendance résulte d’une prise de conscience croissante de l’environnement justifiant de choisir plus facilement, par exemple, de réduire la taille des conditionnements débouchant sur des économies d’échelle dans
le transport.

Les étiquettes CLP sont déjà bien intégrées dans l’industrie. 93 % des membres d’essenscia ont réalisé la transition vers l’étiquetage CLP. Pour les produits de consommation courante, la transition devra être terminée au plus tard en juin 2017. Ensuite, les deux systèmes de communication des dangers auront alors été implémentés. Pour en savoir davantage, consultez le site www.symbolesdanger.be

Des produits estampillés ‘dangereux’ peuvent être utilisés en toute sécurité à condition d’appliquer les mesures de prévention adéquates. D’où l’importance de lire attentivement l’étiquette. Le site internet www.symbolesdanger.be le résume d’ailleurs très bien en ces mots : ‘Comprendre les symboles, ça peut sauver des vies.’. Cette campagne de sensibilisation des pouvoirs publics est, du reste, également soutenue par essenscia.

Le secteur des détergents a également pris des initiatives afin d’aider le consommateur à prendre les mesures de prévention nécessaires pour garantir l’utilisation sûre des détergents. Il a ainsi développé des pictogrammes de sécurité d’utilisation (Safe Use Icons). Ces symboles constituent une consigne visuelle des mesures à prendre pour garantir l’utilisation de ces produits en toute sécurité.

Etant donné que ces évolutions réglementaires entraînent des changements importants, essenscia soutient ses membres

  • par le biais d’un manuel d’étiquetage CLP offrant une vue d’ensemble des différents critères de classification ;
  • par l’organisation d’une formation CLP annuelle de cinq jours, à laquelle divers experts collaborent. Au passage, notons que plus de 220 employés de 97 entreprises y ont déjà participé.

Du fait de l’entrée en vigueur des nouveaux critères et du durcissement de la classification des produits, de nombreuses législations, ont été modifiées. Le nouveau cadre de référence a clairement eu un impact sur le secteur. Un tiers des membres déclare modifier certaines habitudes en rapport avec le stockage et le permis d’environnement.

*www.aise.eu/library/artwork/safe-use-icons—update-2014.aspx

Initiatives du secteur

Les entreprises chimiques et le Centre Antipoisons collaborent pour la prévention

Pour chaque produit chimique commercialisé, les entreprises chimiques informent le Centre Antipoisons belge sur leurs dangers potentiels. Elles doivent le faire au plus tard 48 heures avant que le produit ne soit disponible sur le marché. Cette obligation légale s’applique tant aux mélanges dangereux, qu’aux produits phytosanitaires, aux biocides et aux cosmétiques.

Pourquoi cette mesure ? Parce que, malgré les avertissements indiqués sur l’étiquette, il peut se produire des incidents impliquant des produits chimiques, que ce soit dans le cadre professionnel ou privé. Il est donc essentiel que le secteur chimique communique correctement et rapidement les informations au Centre Antipoisons belge. En 2014, on a recensé 5.639 notifications provenant de 358 entreprises.

La Commission européenne veut harmoniser ce type d’information entre les différents centres antipoisons nationaux afin de faire concorder les informations au niveau international.
L’industrie chimique préfère quant à elle travailler via une notification centrale. Cette notification se ferait en ligne et serait automatiquement communiquée aux centres antipoisons nationaux correspondants.
La composition des produits cosmétiques est d’ailleurs notifiée au niveau européen depuis le 11 juillet 2013.

Le Centre Antipoisons belge est joignable par téléphone 24 heures sur 24 au numéro gratuit 070 245 245. Environ la moitié des appels qu’il reçoit concerne des médicaments. Il est question de produits chimiques dans 28% des cas, de produits cosmétiques dans 5% des cas et de plantes dans 4% des cas.

Un tiers des appels concerne un enfant de 1 à 4 ans. C’est l’âge auquel les enfants découvrent le monde qui les entoure et auquel ils osent prendre et avaler les produits dangereux à leur portée. Pour ce qui est des appels concernant des adultes, il s’agit généralement de situations où ils prennent ou inhalent un produit dangereux par mégarde. 42% de ces « accidents » se produisent par inhalation ou éclaboussures sur la peau ou dans les yeux. Dans la moitié des cas, il est question d’ingestion d’un produit dangereux qui a été transvasé dans une bouteille ou un verre (non étiqueté). Veillez donc à toujours tenir les produits, même pendant leur utilisation, en dehors de la portée des enfants et à vous protéger avec des gants et/ou des lunettes de sécurité.

Vous trouverez de plus amples informations sur le Centre Antipoisons belge sur le site www.centreantipoisons.be.

Read More

Travailler en toute sécurité avec les produits de protection des plantes

Cette année encore, Phytofar, l’association belge de l’industrie des produits de protection des plantes, a réalisé diverses campagnes de communication en faveur d’une agriculture durable et d’un usage réfléchi des produits de protection des plantes.

Afin de sensibiliser les utilisateurs professionnels des produits de protection des plantes aux nouveaux pictogrammes de sécurité présents sur les emballages de produits chimiques, Phytofar a distribué gratuitement un poster et un livret aux utilisateurs professionnels des produits de protection des plantes qui rapportent leurs emballages vides à un point de collecte d’Agri Recover.

Le poster « Travailler en toute sécurité avec les produits de protection des plantes » donne de l’information sur les nouveaux pictogrammes CLP, le port des vêtements de protection adéquats, les numéros d’urgence indispensables et met l’accent sur l’importance de lire l’étiquette.

Le livret « Nouveaux pictogrammes CLP » reprend les nouveaux pictogrammes de sécurité ainsi que toutes les phrases de danger et de précaution H, P et EUH. Ce livret est un registre utile pour les agriculteurs et les horticulteurs dans lequel ils retrouveront de manière rapide chaque phrase reprise sur les nouvelles étiquettes CLP.

Ces nouveaux pictogrammes ont été développés dans le cadre de la législation CLP (Classification, Labelling and Packaging) afin de communiquer clairement aux utilisateurs les dangers et les mesures de précaution liés à l’ensemble des produits chimiques, par le biais de pictogrammes et de phrases standard figurant sur l’étiquette. Ce règlement européen est basé sur un système international mis au point par les Nations Unies.

Les nouveaux pictogrammes CLP blanc-rouge figurant sur les étiquettes remplacent progressivement les anciens orange. À partir du 1ier juin 2017, seuls les produits arborant les nouveaux pictogrammes seront disponibles.

Read More