People → 

Formation continue

Investir dans l’humain, c’est investir dans le futur

Source : National Bank of Belgium (data from the Central Balance Sheet Office)

La formation continue des employés pour parfaire leurs connaissances et leur savoir-faire revêt une importance cruciale pour la compétitivité d’un secteur innovant et axé sur les compétences, tel que celui de la chimie et des sciences de la vie. De plus, la formation continue est un instrument important pour le bien-être des employés à chaque étape de leur carrière. 

58 900 personnes, soit 64% des employés, ont participé à une formation formelle en 2019, à comparer avec 47% dans l’ensemble de l’industrie manufacturière. Des analyses supplémentaires démontrent qu’il n’existe pas de différence fondamentale dans le secteur entre le taux de participation des hommes et des femmes. 

Les entreprises du secteur de la chimie et des sciences de la vie ont consacré pas moins de 200 millions d’euros à la formation continue de leurs employés en 2019. Deux tiers de ce montant correspondent à des formations formelles et un tiers à des formations informelles ou ‘on-the-job’. Cette somme représente 2,4% du coût salarial total du secteur. En 2017, les partenaires sociaux sont parvenus à un accord sectoriel préconisant en moyenne trois jours de formation par an par employé

Les partenaires sociaux du secteur de la chimie et des sciences de la vie gèrent ensemble le fonds de formation sectoriel Co-valent (https://www.co-valent.be), qui accorde une attention particulière au développement des compétences et à la promotion de la formation dans les PME. 

L’industrie de la chimie et des sciences de la vie s’implique également, tant en Flandre qu’en Wallonie, dans la formation en alternance, un enseignement orienté vers la pratique qui combine l’apprentissage sur les bancs de l’école et sur le lieu de travail. 

L’Antwerp Management School a réalisé une étude pour essenscia vlaanderen sur ‘The Future of Jobs in Chemistry & Life Sciences’ et l’impact de l’industrie 4.0 sur l’emploi dans le secteur. Celle-ci a démontré que la digitalisation offrait de nombreuses opportunités et pouvait constituer un levier important pour renforcer encore la position de leader de l’industrie chimique et pharmaceutique en Belgique. 

Source : National Bank of Belgium (data from the Central Balance Sheet Office)

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print