Planet → 

Consommation énergétique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print

Pionnier européen dans l'optimisation du mix énergétique, minimisant l'empreinte carbone

*Figures based on purchased energy vectors for energy use expressed in primary energy.
Sources: essenscia, DGOARNE, aggregated data from the energy efficiency voluntary agreement essenscia wallonie

Aujourd’hui, les principaux vecteurs d’énergie utilisés par l’industrie sont l’électricité (59%) et le gaz naturel (35%), la vapeur représentant 5% supplémentaires de l’énergie achetée. Ainsi, le passage du charbon au gaz naturel et les investissements dans la cogénération à haut rendement ont déjà été mis en œuvre depuis plusieurs années dans le secteur belge de la chimie et des sciences de la vie. Il s’agit de mesures essentielles des politiques climatiques européennes. L’utilisation du pétrole comme combustible liquide (1%) a pratiquement cessé depuis 2010 et le charbon a été complètement abandonné en 1995. L’industrie des produits chimiques, des matières plastiques et des sciences de la vie a également beaucoup investi dans les installations de production combinée de chaleur et d’électricité qui représentent 40% (environ 1000 MWe) de la capacité totale de cogénération électrique en Belgique.

Grâce à l’introduction de processus de production plus intégrés, impliquant entre autres des échanges de vapeur, l’efficience énergétique s’est améliorée. L’optimisation se déroule entre les installations de production des entreprises, mais également entre les entreprises au sein des clusters industriels.

Une proportion importante de l’industrie des produits chimiques, des matières plastiques et des sciences de la vie reste très énergivore, ce qui se traduit par une consommation énergétique de 218 petajoules (PJ) en 2019. Les besoins énergétiques élevés étant intrinsèques aux produits fabriqués par le secteur, les coûts de l’énergie ont un impact majeur sur les coûts de production. L’optimisation de l’efficience énergétique ainsi que l’accès à une énergie compétitive restent donc des priorités pour le secteur.