Prosperity → 

Taxes

Plus de 5 milliards d’euros de taxes vont au budget de l’État

* Contributions to the social security system
Sources: National Bank of Belgium, National Accounts Institute, National Social Security Office

Le secteur de la chimie et des sciences de la vie contribue de manière significative aux finances publiques des autorités fédérales, régionales et locales en payant diverses taxes. Pour donner une image équilibrée de la contribution du secteur, les avantages des subventions et des incitations fiscales sont également pris en compte.

En 2017, les entreprises et employés de l’industrie chimique et des sciences de la vie ont contribué au budget de l’État pour plus de 5 milliards € (après déduction des subsides et incitants fiscaux). Cela représente 27% de la valeur ajoutée du secteur en 2017.

La principale contribution provient des cotisations de sécurité sociale des entreprises (1,9 milliard € en 2017) servant à financer le système de sécurité sociale. Ce montant représente 37% de la contribution nette totale du secteur à l’État.

Les 92.000 travailleurs du secteur contribuent également au budget de l’État par le paiement de leurs cotisations individuelles à la sécurité sociale (735 millions € en 2017) et via l’impôt des personnes physiques sur leur salaire (estimé à 1,5 milliard € en 2017).

L’impôt des sociétés est également une importante source de financement pour les autorités. Il représentait 1,6 milliard € en 2017. L’impôt sur les bénéfices s’élevait à 1,3 milliards € après déduction des incitants fiscaux, le solde étant constitué d’impôts sur l’environnement, de taxes foncières et d’autres taxes sur les activités de production (157 millions € en 2017). Les distributeurs de produits pharmaceutiques en Belgique paient également une taxe annuelle sur la vente de produits pharmaceutiques sur le marché belge (194 millions € en 2017).

De plus, le secteur contribue indirectement au budget de l’État par le paiement de taxes indirectes et de divers coûts additionnels. Par exemple, l’industrie, intensive en énergie, paie via sa facture d’électricité différentes taxes sur l’énergie, tels que la cotisation fédérale pour l’électricité et le gaz et des surcoûts toujours croissants liés aux énergies renouvelables. Ces surcoûts n’ont pas été pris en compte dans cette analyse car il n’existe pas de données consolidées officielles.

Par ailleurs, le secteur bénéficie de réductions de charges salariales et de subsides, en particulier dans le domaine de la R&D et du travail en équipe pour un montant estimé à 583 millions € en 2017. Ces mesures sont cruciales pour le maintien et le renforcement de la compétitivité du secteur de la chimie et des sciences de la vie en Belgique.

En conclusion, chaque employé de l’industrie de la chimie et des sciences de la vie contribue pour 57.028 € au budget de l’État comparé à 35.993 € dans l’industrie manufacturière dans son ensemble.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Initiatives du secteur

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur (optimisation des fonctionnalités du site, partage de contenu sur les réseaux sociaux et collecte de statistiques). En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies.